20 juin 2018

Formulaire de retrait du Vermillon en vente chez Cérès

Départ 35 000 €

Pièce importante de la philatélie française, l'acte de décès du 1F Cérès rouge clair est en fait un acte de naissance pour les philatélistes.

Avant ce retrait le 1F vermillon était un ensemble de nuances rouge clair du 1F rouge, après ce retrait il en devient un timbre à part entière pour les philatélistes, il intéresse donc beaucoup plus de monde !

18 juin 2018

Interview de Gilles Livchitz dans Forum

Forum est un journal interne à La Poste, mais l'application mobile est disponible pour tout le monde !

A l'occasion du Salon Paris-Philex 2018 une interview de Gilles Livchitz, président de Phil@poste, parle de l'avenir de l'imprimerie de Boulazac.

Extraits.

La vente de timbres représente plus d’1,5 milliard d’euros de chiffre d’affaires, essentiellement de la Marianne vendue en bureaux de poste, mais les timbres vendus aux philatélistes, 70 M€ de CA tous canaux de commercialisation confondus, sont conservés dans des albums [donc ce CA équivaut presque à de la marge nette, NDLR].

C'est une information importante à rappeler, même si la philatélie ne représente qu'une goutte d'eau dans la production de Phil@poste, elle est très importante en terme de marge. Un timbre qui va servir coûte un peu d'argent à La Poste, un timbre qui ne sert pas en rapporte beaucoup ! Le nom de cette branche de La Poste le montre d'ailleurs.

Monnaie de 5000 euros en or 
échangeable à la Banque de France à la faciale, 

À noter que la problématique est identique à la Monnaie de Paris, où la production à destination des collectionneurs représente l'essentiel de la marge. 

Or le succès de vente des monnaies à la faciale s'est malheureusement aussi accompagné d'un marché réduit à la revente. Les comptes - dans le rouge - de la Monnaie de Paris prennent maintenant en compte ce phénomène : les monnaies vendues aux collectionneurs finissent souvent par servir. 

Or la Monnaie de Paris est semble-t-il vu comme un exemple par Phil@poste, en témoigne leur présence à Paris Philex.

Un phénomène qui est visible 
par mon supermarché de proximité.


Il y a deux ans, elle [la biennale Philex] durait onze jours, se tenait au parc floral et coûtait 4 millions d’euros au Groupe. Aujourd’hui, elle dure quatre jours, porte de Versailles, et coûte dix fois moins.

 Bloc Orphelin : reprise des visuels de cette série.
Bloc doré de Paris Philex 2018,  reprise de visuels sur Paris : 
économies de dessinateurs et de graveurs !

Les visiteurs à Paris Philex 2018 ont tous notés la faible présence de La Poste : taille du stand en baisse, pas de présence du Carré d'Encre, présence de l'imprimerie réduite (seulement une démonstration de gravure, pas de presse en route), produits philatéliques exclusifs au rabais (surcharger des feuilles ne coûte pas cher et rapporte gros : la moitié - 220 000 euros - du budget).
Nous maintenons la production – environ 2 milliards de timbres par an – grâce à nos innovations mais aussi à notre conquête à l’international depuis cinq ans : aujourd’hui 15 % des timbres fabriqués à l’imprimerie de Boulazac, près de Périgueux (Dordogne), sont destinés à des postes étrangères, Taïwan, Japon, Qatar, Maroc, Afrique du Sud, Portugal, Luxembourg…

Le savoir faire de l'imprimerie est un atout, avec en particulier la maitrise des impressions mixtes taille-douce et offset ou héliogravure. A noter que ce n'est pas cité, mais Monaco doit représenter une grosse partie de ces 15%.

L’avenir de Philaposte n’est pas le timbre, c’est la diversification. Nous visons des marchés autour de la traçabilité, avec impression d’étiquettes pour des bouteilles de parfum, d’alcool, des paquets de tabac… D’ici cinq ans, il faut que ces activités couvrent au moins 50 % de l’activité de l’imprimerie. Dans 20 ou 30 ans, il n’y aura peut-être plus de timbre mais Philaposte existera encore. 
 Clairement ce n'est pas une communication à destination des philatélistes !

Je vois ça comme une bonne chose de diversifier les produits.

Il est vrai qu'envoyer des lettres est de moins en moins une nécessité, alors qu'envoyer des objets se développe depuis l'essor du commerce sur internet. Et que même envoyer une lettre par un particulier sort souvent des attributions de Phil@poste : MonTimbrenligne, envoi de cartes postales par internet, etc.

Le timbre est-il condamné ?

17 juin 2018

Taxe cumulée pour affranchissement insuffisant : 422,48 euros !

C'est cher mais c'est le tarif ! Pas moins de 170 lettres...

C'était à l'occasion de la 8ème journée mondiale du faux timbre d'artiste, le destinataire de ces courriers pas toujours affranchis  avec des vrais timbres a reçu et fini par payer cette belle facture.


15 juin 2018

Timbres "MonTimbrenligne" coupe du monde de Foot

Quand on n'a pas la licence de la coupe du monde de foot et qu'on veut surfer sur l'événement quand même : un drapeau combiné avec un sourire, un bout de pelouse et voilà !

En Suisse c'est un timbre classique qui s'illustre d'un sourire.


14 juin 2018

Marque PP bonnet phrygien

 Port payé P2P de Soissons.
Le 2 entre les lettres désigne le département (L'Aisne).
Dos.

Petite pièce révolutionnaire, la marque de port payé au bonnet phrygien.

Il s'agit sans doute la première pièce philatélique avec un bout de Marianne.

On notera l'indication "Au citoyen" pour le destinataire.

D'après ce site, la marque a été utilisée de 1793 à 1799.





15 février 2018

Timbres denteles 3 cotes

Un peigne est l'outil qui permet de perforer les dents des timbres, ce n'est pas le seul utilisé mais c'est le plus courant. Il peut faire 2 lignes, et est parfois inversé.

Il est actionné ligne par ligne, donc la dentelure du bas du timbre est la ligne supérieure du peigne.

Ce qui suit concerne les timbres perforés feuille à feuille (en fait plusieurs feuilles empilées) sur les impression à plat.

La variété dite "timbre dentelé 3 côtés" concerne l'absence de dent par le peigne qui ne s'enclenche pas sur les feuilles.
Soit en bas de feuille (ici prouvé par la croix de repère et une marge suffisante). La croix de repère est intéressante dans ce type de variété car elle servait justement de repère pour la dentelure.

Soit sur la première ligne en haut de feuille (ici prouvé par la hauteur du bord de feuille supérieur à un timbre), peigne inversé.

Dans ces configurations haut ou bas de feuille on peut avoir une relative confiance (une expertise est conseillée, il est relativement facile de rajouter des dents sur un timbre non-dentelé, et ça se vend mieux).


Par exemple cette paire est plus que suspecte : le timbre du haut présente une dent plus haute, le peigne (non inversé) est tombé avec un décalage et on obtient un timbre plus grand. Le timbre a simplement été rogné de ses dents supérieures pour faire croire à un dentelé 3 côtés.


Que penser alors des dentelés 3 côtés sur un côté vertical, à priori impossible avec une perforation par peigne ?


Exemple de Semeuse lignée bord de feuille droit. 
Les premières dents à gauches sont plus larges ce qui est très suspect.

  
En oblitéré, il est plus compliqué de trouver des non-dentelés oblitérés à 
trafiquer mais en même temps il n'est pas si compliqué 
de faussement oblitérer des timbres.

On note cependant que la dentelure à droite a tendance à être décalée vers le bas.



Ces non-dentelés 3 côtés avec un côté vertical non dentelé sont en fait possibles en cas de pliage de la feuille à l'étape de la perforation, dite "variété de piquage par pliage". On trouve également des dentelés 3 côtés avec un côté horizontal non dentelé de la même origine.

Il est dommage d'avoir découpé les timbres à l'époque pour ne conserver que l'aspect "dentelé 3 côtés" et masquer ainsi la véritable origine de la variété.

13 février 2018

Coin daté avec de la place pour la date

Ce tirage du 25F Marianne à la Nef a la particularité de ne pas présenter de barre sous le 100è timbre, les coups de poinçon destiné à identifier les cylindres se trouvent donc sous le 99è timbre.