11 septembre 2008

Timbre Marianne de Cocteau : photographies des maquettes

3 couches superposées :
carton, vignette dentelée et photographie
de maquettes de la Marianne de Cocteau.
Ce document est à l'échelle 1 des timbres,
non pas à l'échelle 1 des maquettes.

J'ai longtemps hésité ; principalement pour des raisons financières (la dernière vente Robin le confirme) et d'ampleur du sujet ; à inclure la Marianne de Cocteau dans ma collection sur les timbres du passage au nouveau franc. Mais maintenant c'est fait !

Je trouve qu'il est dommage de collectionner le 0,20 Semeuse de Piel sans son double ! En effet, le 0,20 Marianne de Cocteau a une existence parallèle à la Semeuse de Piel : le premier a servi du 23/2/1961 au 28/7/1967 avec des tirages de 1961 à 1965, alors que le second a servi du 2/1/1960 au 15/1/1965 avec des tirages de 1959 à 1964. Bref, la Marianne de Cocteau n'a pas remplacé mais complété la Semeuse de Piel, qui a continué à être produite, sans doute pour des raisons de coût et de disponibilité des presses TD6.

Le sous-titre de ma collection sur "les timbres du passage aux nouveaux francs" est : timbres-poste d'usage courant en anciens francs en vente au 31/12/1959 ; et timbres-poste du tarif en nouveaux francs du 1er janvier 1960 ne remplaçant pas un timbre existant en nouveau franc.

Ma démarche est de collectionner une série d'usage courant par rapport à une logique tarifaire (celui du 6 janvier 1959), et non pas par rapport à la logique habituelle du sujet. Il s'agit de collectionner les timbres sous toutes leurs facettes, et pas seulement l'aspect tarifaire. D'où le titre "les timbres du passage au nouveau franc" et non pas "le passage au nouveau franc" ou "le tarif du 6/1/1959".

Il s'agissait d'étendre ma collection sur la Marianne à la Nef, j'ai pensé donc aux timbres sans changement majeur sauf celui du changement de monnaie sur la faciale (blason de Lille, Moissonneuse, Marianne de Muller en tenant compte des entiers postaux, poste aérienne), avant d'inclure timbres typographiés et touristiques suivant cette logique tarifaire.
Ce bulletin officiel des PTT liste les "timbres-poste de la série d'usage courant (au 10 juin 1961). On y retrouve les Armoiries d'Oran et le 0,25 Marianne de Decaris mais pas les 0,05 Blason de Lille ni le 0,25 Marianne à la Nef ; par contre on trouve deux 0,20 (Semeuse et Marianne de Cocteau) et deux 0,30 (Semeuse et Château de Fougères).
BO du retrait de la série d'usage courant à fin 1959, la date du retrait est le 18 janvier 1961. Cette série n'a rien à voir avec celles des catalogues, qui rendent compte des émissions dans un ordre à peu près chronologique, alors que la série d'usage courant comportait des timbres émis entre 1954 et 1959. On note la présence du 15F Le Quesnoy et l'absence du 18F Beynac Cazenac : les catalogues (y compris le Marianne) ne sont pas exempts d'erreurs (ce qui fait que j'ai plus de pièces sur le 18F qui ne rentre pas dans ma collection que sur le 15F qui lui en fait partie). De l'intérêt de revenir aux sources...

Revenons au document présenté...

Détail : faciale non-émise à 0,25
format des petits timbres typographiés.
Les couleurs rouge et bleues
(enfin, gris clair et gris foncé)
sont utilisées en alternance pour les lettres des
inscriptions République Française et Postes.

La photographie de la première maquette est chiffrée à 0,25 ; ce qui semble indiquer qu'il a été envisagé qu'elle remplace la Marianne à la Nef. Jean Cocteau est l'auteur de la Marianne, mais la mise en page et le fond sont d'Albert Decaris. Pudiquement, l'agenda de La Poste 2005 précisait qu'il s'agissait d'une Marianne androgyne, le sujet favori de Jean Cocteau étant Jean Marais.

Cette maquette, avec les couleurs rouge et bleue superposées, semble prévues dès l'origine pour l'impression sur une presse TD6 (couleur directe et couleur report).

Le format est celui des timbres en typographie (format Semeuse), il est donc trop court pour une impression en taille-douce (format Marianne). Il faut dire que la Marianne de Cocteau va inaugurer ce format.

Les épreuves connues à ce format sont chiffrées à 0,20 ; l'alternance des couleurs des inscriptions n'a pas été reprise.

Photographie montée sur vignette,
correspondant au timbre émis au "type" 2.

La maquette photographiée est proche du timbre émis, à l'exception de l'absence de la signature Decaris et de traits plus épais.

Timbre émis au type 2
Détail du type 1.
Détail du type 2 :
le repère est le V renversé en bleu,
ici placé sur la tête du 2 rouge.

Il ne s'agit pas d'un type à proprement parler (il y a eu un seul poinçon utilisé), mais d'une modification (retouche par abrasion) de la molette pour éviter de masquer (même très partiellement) la valeur faciale. Quelques années plus tard, quand une nouvelle molette a été confectionnée, la suppression de ce V inversé n'a pas été faite.

J'ignore l'origine de ce document. Il utilise des photographies noir et blanc des maquettes (donc les photographies originales ont sans doute été prises par Decaris ou les PTT) ; réduites au format timbre. Sa confection est soignée, avec l'ajout de la dentelure. Il pourrait s'agir d'un document de présentation au ministre des postes, destiné à donner une idée du résultat final après le changement de format. Chronologiquement, il serait logique qu'il ait été confectionné :
- après les premiers poinçons et essais à l'imprimerie au petit format ;
- après le premier poinçon taille-douce de la Marianne de Decaris dans un format trop grand (gavure 18*24) ;
- avant la gravure des poinçons taille-douce directe et indirecte au format 17*23.

2 commentaires:

rochdi a dit…

et combien tu vx la vendre ??

Dominique a dit…

Bonsoir,

Je ne veux pas la vendre, c'est une des jolies pièces de ma collection sur la Cocteau (sans compter mon intérêt pour les photographies de timbres !).

Je serais ravis d'échanger des informations avec un autre collectionneur de la Cocteau !