02 juillet 2008

MonTimbràMoi et cartes maximum

Carte postale avec l'étiquette MonTimbràMoi collée,
timbre MonTimbràMoi et oblitération dédiée
du Salon du Timbre.
Carte dont l'un des sujets est un cadre,
MonTimbràMoi "neige" (avec numéro
de série, fait avant le salon)
Carte postale ancienne avec emplacement pour photo,
MontimbràMoi du Salon et oblitération dédiée.

La question des MonTimbràMoi et des cartes maximum s'est posée rapidement.

En effet, le risque était de voir des cartes postales où le sujet de la carte postale, l'oblitération, et l'illustration du MonTimbràMoi offraient une concordance maximum. Cette présentation n'est pas une carte maximum !

Le premier exemple est pire, c'est une carte postale sur laquelle la vignette d'un carnet MonTimbràMoi a été collée, pour en faire une carte postale unique en son genre ! À titre de souvenir, c'est joli, mais ce n'est que ça : un souvenir.

Ce qui fait un MonTimbràMoi, c'est le cadre et ses mentions légales, et non pas - ou peu - l'illustration. La deuxième carte illustre cet aspect, en utilisant une carte postale moderne dont l'un des sujets principaux est le cadre !

J'ai utilisé l'oblitération spéciale du Salon, qu'il n'était pas évident d'obtenir sur document, l'hôtesse ayant compris que ce cachet était réservé à l'oblitération des carnets complets. En fait, elle est tout de même réservée aux MonTimbràMoi et ne peut se trouver sur d'autres timbres. Sur document ayant voyagé, elle n'est pas courante d'autant plus qu'il fallait se rendre au stand "oblitérations premier jour" pour le poster.

La dernier carte est à mon avis sans contestation possible une véritable carte maximum : c'est une MaCartePostalàMoi qui est utilisée comme support ! Cette carte postale ancienne comporte un emplacement (et une pochette) pour ajouter une photographie. C'est donc exactement le principe du MonTimbràMoi sur carte postale (et dire que l'on parle d'innovation pour le MonTimbràMoi...). Le MonTimbràMoi sans numéro de série (et avec une couleur encore exclusive du Salon, et l'oblitération celle réservée aux MonTimbràMoi !

Bref, cette carte (et peut-être la seconde) correspond à mon avis au règlement de la FIP.

Un petit plus : l'illustration de la carte comporte un semeur, à mettre en relation avec La Semeuse utilisée sur le MonTimbràMoi.

L'illustration est une photographie d'une pièce de monnaie, retouchée pour la couleur et pour ne conserver que la Semeuse et non toute la pièce de monnaie. J'ai eu quelques difficulté à la faire accepter, mais l'image de la Semeuse de Roty est dans le domaine public :
L'auteur jouit, sa vie durant, du droit exclusif d'exploiter son œuvre sous quelque forme que ce soit et d'en tirer un profit pécuniaire. Au décès de l'auteur, ce droit persiste au bénéfice de ses ayants droit pendant l'année civile en cours et les soixante-dix années qui suivent.
Louis Oscar Roty étant décédé en 1911, la Semeuse n'est donc plus protégée par le droit d'auteur. Le MonTimbràMoi neige n'aurait pas du être accepté, il faut croire que la mise ne page "à la Marianne de Lamouche" a trompé La Poste qui n'a pas reconnu la Marianne de Cocteau.

Dans l'actualité, la Fédération Française des Associations Philatéliques a adopté une nouvelle classe compétitive : les cartes postales.

D'un côté, c'est une bonne nouvelle pour les associations locales, qui associent souvent cartophilie et philatélie.

Mais d'un autre côté, c'est la première fois que la FFAP accepte une collection sans rapport avec la philatélie (même si des cartes postales ont voyagé, cet aspect est très secondaire en cartophilie). Même si des ouvertures ont eu lieu avec la classe ouverte ou... la maximaphilie ! On remarquera que les cartes postales précurseurs (avant les cartes illustrées) sont déjà un domaine philatélique (proche des entiers postaux).

2 commentaires:

Puléjo a dit…

Bonjour,
J'ai eu quelques "déboires" avec les agents de "montimbreamoi" qui m'ont refusés à plusieurs reprises des visuels que j'avais composé à partir de "scan" de timbres de type Cérès et de photos d'Albert Einstein !!! Qui à mon avis, et depuis le temps, font partis du domaine public!!! Que puis-je faire à votre avis contre ces refus. J'ai pourtant signalé que si le visuel Cérès, ne faisait pas à ce jour parti du domaine public!! Toutes les revues et sites Internet seraient en procès avec la Poste!!!
Merci de bien vouloir m'informé de la manière dont je pourrait "attaquer" la Poste contre cet abus de pouvoir!!
José Puléjo

Dominique a dit…

Bonjour,

A propos des timbres Cérès :
- Barre est mort en 1855, l'effigie est donc dans le domaine public
- par contre, les timbres ont toujours court, donc pas de problème pour utiliser l'effigie mais la poste a des règles pour ne pas reproduire les timbres.

Einstein :
- Domaine public d'une photo 70 ans après la mort du photographe, donc il est fort probable que votre photo ne soit pas du domaine public !